Accueil > Le Mouvement > Campagnes > Journée internationale de l’alphabétisation 2018 > 8 septembre 2018 : Journée internationale de l’alphabétisation

8 septembre 2018 : Journée internationale de l’alphabétisation

Communiqué de presse [Mise à jour du 9 octobre]

Mise à jour du 9 oct. 2018 : ajout des actions devant les bureaux de vote.

À l’occasion du 8 septembre, Journée internationale de l’alphabétisation, Lire et Écrire lance une nouvelle campagne de sensibilisation qui vise à attirer l’attention de l’opinion publique et des responsables politiques sur la persistance de l’analphabétisme [1] en Fédération Wallonie-Bruxelles, sur l’urgence d’en combattre les causes et de mieux prendre en compte la situation des personnes illettrées.

Un chiffre, un visuel customisé et un message illisible serviront de fil rouge à notre communication média et seront diffusés dans la presse et sur nos différents supports. Des sets de table (45 000 exemplaires) seront déposés dans des endroits aussi variés que des chaines de restaurants, administrations, lieux culturels, hôpitaux, etc. Une première vague d’actions envers le grand public et les mandataires politiques débutera en septembre à l’occasion de la Journée internationale de l’alphabétisation.

Un chiffre, un visuel customisé et un message illisible

Pour communiquer, il faut « attirer l’attention » et le défi n’est pas simple. L’espace médiatique actuel veut du court, du concret, du glamour. Dès lors, faire une campagne de sensibilisation autour de l’illettrisme avec les codes de communication actuels, c’est presque un exercice périlleux. Néanmoins, nous avons relevé le défi en mettant en avant un chiffre, un visuel customisé en fonction de nos différentes actions, et un message illisible pour plonger le public dans la réalité de l’illettrisme.

  • Le chiffre, c’est 1/10 : la proportion de personnes qui sont toujours en difficulté de lecture et d’écriture en Belgique. Pourtant, le droit à l’alphabétisation est un droit fondamental dans toute société démocratique. Il sera au centre de notre communication puisque notre objectif est d’attirer l’attention du public sur cette persistance de l’illettrisme.
  • Le visuel customisé : c’est le support qui nous aidera à réactiver cette information en ciblant des situations de vie (citoyens, parents, travailleurs, consommateurs, électeurs) qui mettent en lumière les difficultés auxquelles sont confrontés les personnes illettrées, mais aussi la place qu’elles occupent dans la société.
  • Un message illisible : pour sensibiliser, attirer l’attention, bousculer le public que nous visons à travers nos actions, nous diffuserons un message illisible, histoire de plonger nos différents interlocuteurs quelques instants dans l’univers d’une personne illettrée…

Notre agenda de campagne

Une action de communication

Pour lancer cette campagne, nous communiquerons avec les médias, dans la même logique, le 8 septembre : une page de campagne illisible, un communiqué de presse illisible, un courrier illisible aux responsables politiques.

Une action de sensibilisation dans les cantines et restaurants

Dès le 8 septembre, et tout au long de l’année, un set de table sera distribué gratuitement à large échelle (45 000 exemplaires) dans de nombreux restos et cantines de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Pour plonger les clients dans la réalité de l’illettrisme, nous leur donnerons, en guise d’apéro, une phrase illisible à déchiffrer, phrase liée à la situation souvent compliquée pour les personnes en difficulté de lecture de comprendre quels sont les plats proposés au menu.

Set de table
PDF

Une occupation de l’espace public lors des élections communales du 14 octobre 2018

Autre action de notre campagne, la mobilisation de nos équipes le 14 octobre pour une sensibilisation à destination du grand public devant des bureaux de vote (voir la liste des lieux). Notre slogan et visuel customisé pour l’occasion sera En Belgique, 1 électeur sur 10 a des difficultés pour lire et écrire… Ce n’est pas parce qu’on ne sait pas lire qu’on n’a rien à dire…

Dans ces endroits de grande affluence, travailleurs et apprenants interpelleront les citoyens venus voter pour leur faire part de la réalité de l’illettrisme et leur demander de soutenir notre action auprès des responsables politiques communaux. Pour endosser pour quelques instants la peau d’une personne illettrée, nous leur ferons lire une phrase illisible, celle de notre slogan :

Notre slogan

Notre volonté est de sensibiliser les élus et candidats communaux au rôle qu’ils ont à jouer dans la prévention de l’analphabétisme, l’accueil des personnes en difficulté de lecture et d’écriture et l’accès à l’alphabétisation.

Ce que nous demandons aux communes c’est d’agir à 3 niveaux :

  • en intervenant directement au niveau de la prévention de l’illettrisme dans les écoles maternelles et primaires où elles accueillent plus de la moitié des enfants de la FWB (sensibilisation des enseignants, renforcement des systèmes de remédiation, création d’écoles de devoirs…)
  • en étant attentives à offrir un meilleur accueil aux personnes en difficulté avec l’écrit aux guichets et lors de leurs démarches administratives.
  • en développant l’offre d’alphabétisation sur leur territoire.

Un flyer rappelant le message de la campagne et les coordonnées de nos différentes équipes seront distribués au grand public.

Des actions de sensibilisation vers des publics et dans des lieux plus spécifiques

Durant les mois de septembre et d’octobre, d’autres actions seront mises en place à l’échelle régionale pour toucher les élus et futurs élus communaux où des équipes de Lire et Écrire organiseront des rencontres et des petits déjeuners d’interpellation. Ces événements seront l’occasion pour les régionales de Lire et Écrire de faire part de revendications plus spécifiques et en lien avec leurs réalités territoriales.

Pourquoi un message illisible avec des lettres mélangées ?

Endosser quelques instants la peau d’une personne illettrée, c’est bien l’objectif de cette démarche. Néanmoins, il nous est apparu essentiel que l’illettrisme ne soit pas assimilé à un éventuel problème de vue (en utilisant une phrase floue), résumé à un souci d’orthographe ou de grammaire (avec un texte criblé de fautes), limité à l’incapacité à tracer les signes d’un système d’écriture (en utilisant des lettres d’un alphabet) ou confondu avec un besoin d’apprentissage de la langue française comme langue étrangère (avec une phrase écrite en scandinave). Pour nous, il est important de rendre compte de la notion d’illettrisme à travers la signification de ce qu’elle englobe, c’est-à-dire, non pas ne pas savoir déchiffrer, mais ne pas savoir lire et écrire un texte simple en le comprenant.

Contact presse : Lire et Écrire Communauté française, Cécilia Locmant – 02 502 72 01 – GSM 0474 33 85 60cecilia.locmant@lire-et-ecrire.be

Plus d’infos :


[1Nous utilisons indifféremment à Lire et Écrire les termes analphabétisme et illettrisme pour désigner la situation des personnes adultes qui n’ont pas atteint les compétences de base attendues en fin de 6e primaire et équivalentes au Certificat d’études de base (CEB). Sont concernés par cette situation : des adultes ayant été scolarisés en Belgique et des adultes peu ou pas du tout scolarisés dans leur pays d’origine, qui ne maitrisent aucune langue à l’écrit et dont certains ne parlent pas le français.