Accueil > Liège Huy Waremme > Actualités > Campagne « Santé et alphabétisation »

25 novembr 2013

Campagne « Santé et alphabétisation »

Deno mbreus esétudesin diq entuneforteassociat ionentrel eniveaud al phabéti sationens ant édespati Entsetdi fférentesqu esti onsdesan téparexe mplep ourdespat ientsat teintsdesi dadescher cheursmon trentque Lespat ientsil lettréso ntunta uxdelym phocy tesplusb asun echargev iralep lus hau tedespri sesdantirétro virA uxmo insrigou reusesdes hos pitalisati onsplusfréque ntesetu nni veaud esantéres Senti plu sbasce rtainesétud esmon trentque lalitté raturemé dicalea dressé eaux pati entses ttropdi ffic ileàlir epourung randnombred entreeuxe tqueleris queder reurdanslint erprét Ationdunep rescripti onestcin qfoisplusé levéchezle spatientsaya ntunba sniveaud alp habétis ationensa Ntéilsemb leauss iquelespers onnesfai ble mentalph abétiséese nsantéu tilisentmo inslesser vicesdeso insprév entifsvac cinationmam mogra phieontpl usdecha ncesdêt rehos pita liséese Tutili sentp lusfréque mmentles serv icesdur gencepo urdes soinsrele vantdel amédeci negéné ralela nalph abé tismerenfo rcedon cdetout eévide nceles inég alitésfa ceàla santE* gillesh en rard

Vous n’avez rien compris à ce texte ?

En Fédération Wallonie-Bruxelles, 1 adulte sur 10 éprouve des difficultés avec la lecture et l’écriture.

Les personnes en difficulté de lecture et d’écriture passent à côté des campagnes de prévention !

9 fois sur 10, vous l’ignorez.

Le 1er décembre est la journée internationale de lutte contre le sida.

En 2013, ce sera pour notre régionale l’occasion de mener une campagne de sensibilisation ayant comme objectif de mettre en lumière de manière plus générale la difficulté pour les personnes en situation d’illettrisme d’accéder, d’une part, aux divers messages de prévention et, d’autre part, à tout l’aspect curatif de la santé (traitements, prescriptions médicales, posologies des médicaments, protocoles, régimes alimentaires, résultats d’analyses…).

La littérature médicale adressée aux patients est inaccessible à un public en difficulté avec la lecture et l’écriture et le risque d’erreurs est plus important !

L’analphabétisme renforce les inégalités face à la santé !

Pour faire passer ce message, nous avons réalisé un document cartonné contenant un préservatif. Nous nous associons donc à cette importante campagne de prévention et rappelons notre combat qui vise à donner à chaque personne les mêmes droits face à l’écrit. L’exclusion du patient des soins de santé parce qu’il ne sait ni lire ni écrire est inadmissible dans notre société dite civilisée !

Le document se présentera sous la forme d’un dépliant 4 faces. Sur la page de garde se trouve un extrait [1] volontairement « mal césuré » de l’article médical écrit par le docteur Gilles Henrard, médecin en maison médicale, traitant de cette problématique et plaçant de ce fait le lecteur en situation d’illettrisme.

Voir le texte original de cet article.

5 000 exemplaires de ces supports seront donc distribués sur toute la zone géographique de la régionale dans la période du 1er décembre 2013.

L’Intergroupe Liégeois des maisons médicales de la province de Liège a apporté son concours à cette campagne en diffusant l’information auprès de ses membres.

Nous visons également les mutualités, les organisations de jeunesse, les plannings familiaux…

Si vous souhaitez vous associer à notre campagne de sensibilisation et vous procurer ces dépliants, vous pouvez adresser votre demande à liege.huy.waremme@lire-et-ecrire.be

Voir également le reportage réalisé par RTC.


[1« De nombreuses études indiquent une forte association entre le niveau d’alphabétisation en santé des patients et différentes questions de santé. Par exemple, pour des patients atteints de SIDA des chercheurs montrent que les patients illettrés ont un taux de lymphocytes (…) plus bas, une charge virale plus haute, des prises d’antirétroviraux moins rigoureuses, des hospitalisations plus fréquentes et un niveau de santé ressenti plus bas (…). Certaines études montrent que la littérature médicale adressée aux patients est trop difficile à lire pour un grand nombre d’entre eux et que le risque d’erreur dans l’interprétation d’une prescription est cinq fois plus élevé chez les patients ayant un bas niveau d’alphabétisation en santé. Il semble aussi que les personnes faiblement alphabétisées en santé utilisent moins les services de soins préventifs (vaccination, mammographie(…), ont plus de chances d’être hospitalisées et utilisent plus fréquemment les services d’urgence pour des soins relevant de la médecine générale. L’analphabétisme renforce donc, de toute évidence, les inégalités face à la santé. »  Gilles Henrard