Accueil > Le Mouvement > Actualités > Formulaire alpha : enjeux et difficultés

29 janvier 2016

Formulaire alpha : enjeux et difficultés

Lettre ouverte de Lire et Écrire

À l’heure de ce premier bilan, nous constatons que certains points de vigilance ont été entendus, notamment le caractère incontournable de la préservation de l’anonymat des apprenant-e-s.

D’autres moins, notamment en ce qui concerne la simplification administrative au bénéfice des associations, la prise en compte de la charge administrative pour les opérateurs et la nécessité de dégager des moyens humains à consacrer à des fins de recherche et, ce, de l’encodage (récolte) à l’analyse.

À l’attention de France Lebon, présidente du Comité de pilotage,
À l’attention des membres du Comité de pilotage,
À l’attention des associations du secteur de l’alphabétisation.

Janvier 2016.

Formulaire alpha : un outil d’analyse de l’offre en alphabétisation en Fédération Wallonie-Bruxelles

Pendant plus de 20 ans (1988 à 2010), Lire et Écrire a mené une étude annuelle sur les actions d’alphabétisation en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB). Ces études avaient des objectifs quantitatifs et qualitatifs : contribuer à une meilleure connaissance du secteur, de son évolution, tant au niveau des opérateurs, des actions d’alphabétisation que des publics, et suivre l’impact des politiques publiques sur l’action d’alphabétisation. Les associations du secteur ont largement contribué à ces études en participant annuellement à la récolte des données.

En 2005, un accord de coopération était conclu entre la FWB et les Régions afin de constituer une Conférence interministérielle sur l’alphabétisation des adultes en vue d’inverser la tendance à l’augmentation de l’illettrisme fonctionnel et le renforcement des politiques déjà développées en matière d’alphabétisation. Le Comité de pilotage, composé de représentants des différents acteurs du secteur – administrations, cabinets ministériels et opérateurs (les trois coordinations de Lire et Écrire et les écoles de Promotion sociale) – était quant à lui l’organe chargé de mener les analyses et de faire des recommandations à la Conférence interministérielle. Dans ce cadre, Lire et Écrire a apporté son appui au Comité de pilotage pour qu’il s’empare de cette mission de meilleure connaissance et d’analyse du secteur de l’alpha en FWB.

En octobre 2015, le Comité de pilotage sur l’alpha a publié le 7e État des lieux de l’alphabétisation, en se basant pour la première fois sur des données récoltées par l’administration de la FWB via un questionnaire « express » – adressé en 2013 aux opérateurs – relatif à l’exercice 2011-12/2012.

L’option prise par l’administration de la FWB d’informatiser mais aussi d’étendre à la Promotion sociale la récolte de données sur l’offre en alphabétisation nous parait en soi une décision pertinente pour que le secteur continue à bénéficier de données de suivi et d’analyse de l’offre et des politiques publiques qui y sont liées.

Un long travail de réflexion a été mené au travers de différents groupes de travail organisés par l’administration et associant des membres du Comité de pilotage.

Durant ce travail préparatoire, Lire et Écrire a insisté sur la nécessité de construire ce formulaire alpha avec comme corolaires indispensables :

  • le caractère anonyme des données relatives aux apprenant-e-s ;
  • la prise en compte de la charge administrative pour les associations ;
  • la simplification administrative au bénéfice des associations ;
  • la vérification des données et leur traitement analytique et qualitatif en lien avec les missions de suivi, d’évaluation et de propositions de politiques d’alphabétisation, et non de contrôle des associations, contrôle déjà exercé selon les types de subventionnements de chaque opérateur ;
  • la possibilité que les données encodées par un opérateur puissent être directement utilisables par celui-ci.

L’expérience de la récolte de données menée par l’administration (questionnaire express en 2013) a de plus mis en exergue deux points importants :

  • des méthodologies différentes entrainant des écarts entre les chiffres produits par Lire et Écrire et ceux produits via le formulaire (par exemple une augmentation surprenante du nombre annuel d’apprenant-e-s en formation) ;
  • la nécessité de dégager un temps de travail de recherche consacré à la récolte, à la gestion et à l’exploitation des données pour pouvoir en tirer des analyses correctes et pertinentes.

En juin dernier, l’administration de la FWB a abouti à une version finalisée du formulaire, qui a été présentée aux opérateurs en octobre.

La présentation du questionnaire a suscité auprès de certaines associations un certain nombre de réactions que nous pouvons comprendre et, pour certaines, partager. Aussi, nous paraissait-il utile de rappeler l’origine de ce questionnaire, mais aussi son enjeu qui, pour le secteur de l’alpha, à la croisée de nombreuses politiques publiques, est de maintenir des possibilités d’analyse d’impacts de ces multiples politiques sur l’offre en alphabétisation.

Pour Lire et Écrire, à l’heure de ce premier bilan, nous constatons que certains points de vigilance ont été entendus, notamment le caractère incontournable de la préservation de l’anonymat des apprenant-e-s. D’autres moins, notamment en ce qui concerne la simplification administrative au bénéfice des associations, la prise en compte de la charge administrative pour les opérateurs et la nécessité de dégager des moyens humains à consacrer à des fins de recherche et, ce, de l’encodage (récolte) à l’analyse.

Nous continuerons de porter ces points de vigilance au Comité de pilotage dans un souci partagé par les membres, d’améliorer au bénéfice de tous l’introduction et la pérennisation de ce formulaire.

Nous sommes à votre disposition pour toute interrogation ou réaction que vous souhaiteriez voir portée au niveau du Comité de pilotage.

Anne-Chantal Denis, coordinatrice générale, Lire et Écrire Bruxelles,
Anne-Hélène Lulling, directrice, Lire et Écrire en Wallonie,
Sylvie Pinchart, directrice, Lire et Écrire Communauté française.