Accueil > Communauté française > Formations > Université de printemps 2019 > La marionnette : un outil ludique de formation

La marionnette : un outil ludique de formation

[Annulé.] 2 jours à l’Université de printemps 2019

Du 15 au 16 avril 2019 à l’Université de printemps de Lire et Écrire.

La marionnette rejoint le clown dans sa symbolique : elle s’exprime sans censure, elle se fiche des limites, elle s’octroie la liberté d’être bête, méchante, menteuse, drôle, sentimentale, outrancière, sans gêne… Elle a le droit de bafouiller, de se tromper, de râler, de paresser, de ne pas trouver ses mots…

Parfait exutoire, elle dit et fait ce que le marionnettiste n’ose pas exprimer.

Elle est aussi un intermédiaire « contagieux » qui peu à peu communique sa liberté au marionnettiste.

En façonnant sa propre marionnette, le marionnettiste lui attribue symboliquement, par le choix des matières, des couleurs, des garnitures et accessoires, une part de sa personnalité profonde, souvent méconnue, voir totalement ignorée. Par la suite, dans le jeu, le lien entre eux en est d’autant plus fort et facilite la projection de la parole enfouie du marionnettiste sur sa marionnette.

La marionnette est « la main du cerveau ». C’est la main du marionnettiste glissée dans la marionnette qui lui sert de bouche, articulation qui travaille la synchronisation. L’articulation des mains stimule le cerveau et la colonne vertébrale. Cette synchronisation bouche et main demande une grande concentration. De ce fait l’apprenant est moins attentif à ses émotions parasites et à son autocritique. Facteurs qui freinent souvent l’apprentissage.

La marionnette étant en plus un objet très ludique, elle réduit fortement le stress, aide à relativiser la peur du ridicule et à dédramatiser la prise de parole en public. Élément de jeu collectif, elle développe la confiance en soi et aux autres.

Objectifs

  • Que les participants s’approprient et analysent la marionnette afin de d’évaluer son potentiel comme outil de formation.
  • Que les participants apprennent à façonner la marionnette la plus simple et puissent le transférer à leurs apprenants.
  • Que les participants apprennent les bases de la manipulation d’une marionnette et puissent les transférer à leurs apprenants.
  • Que les participants apprennent les bases de la parole synchronisée du marionnettiste et sa marionnette et puissent les transférer à leurs apprenants.
  • Réflexion sur quand et comment introduire l’outil marionnette dans un cours alpha (tous niveaux).

Matériel

Apporter (seconde main ou neuf) : au moins 1 chaussette, bouts de tissus, bouts de laines, boutons, dentelles, ganses, nœuds, rubans, petites fleurs, perles (colliers et bijoux cassés), bouchons en plastique, en liège, pailles en plastique, pompons, breloques…

Public

Formateurs, animateurs, sensibilisateurs, coordinateurs, travailleurs sociaux.

L’atelier peut accueillir jusqu’à 12 personnes.

Intervenante

Thérèse Dekie, danseuse, comédienne, clown, marionnettiste, exerce son métier depuis 1982. Interprète pour plusieurs chorégraphes et metteurs en scène à Bruxelles et à Paris jusqu’en 2001.

En 2008 elle crée sa propre compagnie Théâtre&Danse et s’intéresse plus particulièrement aux marionnettes. Deux spectacles pour jeune public – créations personnelles – voient le jour, ainsi que quelques duos de clown, des déambulatoires et autres activités pour l’évènementiel.

dekieth.unblog.fr

Infos générales et inscriptions… Atelier annulé.

Plus d’infos sur l’Université de printemps 2019 de Lire et Écrire.