Accueil > Communauté française > Actualités > Le redoublement est un des symptômes d’une maladie bien plus grave : l’échec (...)

13 octobre 2011

Le redoublement est un des symptômes d’une maladie bien plus grave : l’échec scolaire

Communiqué de presse de la Plate-forme de lutte contre l’échec scolaire.

Le 14 septembre 2011.

Les redoublements [1] ne sont qu’une pointe d’iceberg qui focalise l’attention, mais qui camoufle une dramatique réalité : l’échec scolaire touche plus de 70 % des élèves !

Les solutions mises en place jusqu’à présent sont homéopathiques. Nous affirmons que l’École ne s’en sortira pas sans subir une lourde intervention chirurgicale. La plupart des organes sont à remplacer !

Déjà en 2004, dans son Mémorandum, la Plate-forme de lutte contre l’échec scolaire avait posé un diagnostic et proposé de véritables solutions.

  1. En finir avec les écoles ghettos et créer une véritable mixité sociale.
  2. Anticiper les difficultés d’apprentissage, les déceler et les traiter rapidement. Mettre en place des dispositifs de remédiations multiples avec l’aide de spécialistes des difficultés d’apprentissage.
  3. Réduire progressivement le nombre d’élèves à 15 par classe dans les deux premières années du primaire.
  4. Augmenter l’encadrement logistique (secrétariat, équipements,…) afin de faire en sorte que les directeurs d’école jouent un rôle d’animateur pédagogique.
  5. Faire un vrai tronc commun comprenant une formation générale et technique identique pour tous. Dans une première étape jusque 14 ans pour, progressivement, après évaluation, aller jusqu’à 16 ans.
  6. Assurer l’accès plein et entier de tous à l’enseignement au travers d’une vraie gratuité.
  7. Améliorer la communication entre les écoles et les familles.
  8. Renforcer la formation initiale en vue de la faire passer à l’enseignement supérieur de type long.
  9. Oser un débat sociétal sur la concurrence entre écoles.

On ne supprimera pas l’échec scolaire – qui est contraire aux droits fondamentaux de tous les enfants – sans une véritable réforme en profondeur de l’institution scolaire. Ces solutions n’ont rien de révolutionnaire. Elles ont fait leurs preuves dans d’autres systèmes éducatifs qui trônent en haut des classements internationaux.

Toutes ces pistes de solutions seront discutées lors de notre forum « L’école de la réussite pour tous, c’est possible ! » organisé le samedi 19 novembre à Louvain-la-Neuve.

Pour tous renseignements : Jean-Pierre Coenen, président de la Plateforme et président de la ligue des droits de l’Enfant – 0477 545 907.

Les associations membres sont : l’APED (Association Pour une École Démocratique), la FAPEO (Fédération des Associations de Parents de l’Enseignement Officiel), Infor-Jeunes Laeken, Lire et Écrire, la Fédération Francophone des Écoles de Devoirs, la Coordination des Écoles de Devoirs de Bruxelles, la Fédération des Écoles de Devoirs du Hainaut, la Fédération des institutions de prévention éducative, CGé (ChanGements pour l’égalité, mouvement socio-pédagogique), Meta-éduc, le MRAX, le MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien), la CSC-enseignement, la CGSP-enseignement, Le SEL-SETCA, la Ligue des Familles, la Ligue des Droits de l’Enfant. Nous sommes soutenus pas des scientifiques issus de plusieurs universités.


[1Chaque année, ce ne sont pas moins de 100 000 enfants qui souffrent de l’échec scolaire (60 000 redoublement, auxquels il faut ajouter 17 000 orientations précoces, 20 000 abandons scolaires, 1 700 exclusions).