Accueil > Wallonie > Qui sommes-nous ? > Notre histoire > Notre histoire

Notre histoire

Au début des années 80, deux associations, ATD-Quart-Monde et le Collectif d’Alphabétisation constatant la persistance de l’analphabétisme parmi la population malgré l’instruction obligatoire en Belgique, attirent l’attention des pouvoirs publics et des mouvements ouvriers sur cette problématique. Ils proposent des actions d’envergure à partir desquelles quatre associations régionales portées par les composantes chrétiennes et socialistes du mouvement ouvrier - la Funoc à Charleroi, Canal Emploi à Liège, RTA à Namur et DEFIS à Bruxelles -, décident de créer « Lire et Écrire ».

Nous sommes en 1983. Quatre Régionales du mouvement voient donc le jour : Lire et Écrire Charleroi Sud Hainaut, Lire et Écrire Liège-Huy-Waremme, Lire et Écrire Namur et Lire et Écrire Bruxelles.

Durant l’année sociale 1985-1986, quatre autres Régionales de Lire et Écrire (Brabant wallon, Centre Borinage, Hainaut occidental et Luxembourg) constituées elles aussi de façon pluraliste, voient le jour et agrandissent le mouvement Lire et Écrire.

En 1987, les Régionales de Lire et Écrire sont reconnues par le décret de la Communauté Française du 17 juillet 1987 comme OISP (organisme d’insertion socioprofessionnelle).

Lire et Écrire est reconnu d’utilité publique par la Communauté française le 6 juillet 1989.

En 1991, la Régionale de Verviers a adhéré formellement au mouvement Lire et Écrire.

En 1990, la Belgique devient un état fédéral ce qui engendre une nouvelle répartition des pouvoirs. Les pouvoirs publics régionaux lancent de nouvelles politiques d’insertion sociale et professionnelle. Lire et Écrire s’adapte et crée, en 1994, une coordination wallonne : Lire et Écrire en Wallonie.

En 2001, l’alphabétisation des adultes devenait une priorité des autorités de Belgique francophone et, en 2005, elles se dotaient d’un comité de pilotage sur l’alphabétisation des adultes et d’une conférence interministérielle sur les politiques d’alphabétisation.

En 2007, la fédération des différentes associations composant Lire et Écrire est reconnue comme mouvement d’Éducation permanente par la Communauté française de Belgique.

Le 8 septembre 2013, après trente ans d’existence, nous constatons une importante évolution de l’offre d’alphabétisation. De quelque 500 apprenants participant aux actions développées par une vingtaine d’associations en 1983, nous sommes passés à plus de 16 000 apprenants prenant part aujourd’hui aux actions menées par plus de 160 opérateurs.

L’objectif du 8 septembre 1983 est-il pour autant atteint aujourd’hui ? Non. Si le secteur s’est professionnalisé et si la question de l’analphabétisme est mieux prise en compte par les autorités publiques, de nombreuses personnes ne peuvent toujours pas participer aux actions d’alphabétisation du fait d’une offre insuffisante et non adaptée à leurs besoins (trop éloignées de leur domicile, ouvertes uniquement aux demandeurs d’emploi, n’offrant pas de possibilités de garde pour les enfants en bas âge, etc.)

Aujourd’hui, Lire et Écrire est structurée en Régionales réparties sur l’ensemble du territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ces Régionales sont coordonnées aux niveaux de la Région wallonne, de la Région de Bruxelles-Capitale et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Pour en savoir plus, trois documents qui détaillent nos actions de ces trente premières années.

Voir aussi les historiques de :

La régionale bruxelloise : Lire et Écrire Bruxelles.

Les huit régionales wallonnes :

La coordination wallonne : Lire et Écrire en Wallonie.

La coordination communautaire française : Lire et Écrire Communauté française.

Le mouvement : Lire et Écrire.