Accueil > Communauté française > Actualités > Pétition pour une école plus juste pour tous

02 avril 2009

Pétition pour une école plus juste pour tous

Les élections régionales de juin prochain renouvellent également le Parlement de la Communauté française.

La Plate-forme associative de lutte contre l’échec scolaire, dont fait partie Lire et Écrire, réaffirme à cette occasion sa volonté d’un enseignement rendant « accessible à chacun le bagage de connaissances et de compétences nécessaires pour appréhender le monde et pour participer activement à sa transformation vers plus de justice » (extrait du Memorandum).

Elle lance ainsi une pétition Pour une école plus juste pour tous. Après les élections, elle la remettra au nouveau formateur du Gouvernement de la Communauté française.

N’hésitez pas à faire circuler la pétition et… à vos plumes ou vos souris !

Nous vous invitons également à lire ou relire le Journal de l’Alpha no 148, intitulé L’échec scolaire, une fatalité ? et disponible au téléchargement.

Le texte complet de la pétition

Pétition pour une école plus juste pour tous

En Communauté française, trop d’élèves sont broyés par l’institution scolaire. Tris, sélections, redoublements, réorientations et exclusions restent scandaleusement élevés et ne sont nullement en diminution. Ils touchent avant tout les enfants issus des familles populaires. De nombreux enseignants sont aussi en souffrance. Contrairement à d’autres pays, la culture de la sélection et de l’échec continue à faire des dégâts inacceptables en dépit des politiques menées pour en venir à bout.

Nous demandons que, lors de la prochaine législature, le Gouvernement de la Communauté française donne la priorité aux objectifs suivants :

  1. Mettre en place un vrai tronc commun de 5 à 14 ans, tel que défini par le Décret missions et dont l’ambition est de faire en sorte que tous les enfants soient capables d’atteindre sans redoublement et réorientation les objectifs de compétences définis par le législateur pour les élèves de 14 ans. Ce tronc commun jusque 14 ans doit être une étape pour, progressivement, aller jusque 16 ans, afin de retarder le plus tard possible la sélection et d’éviter les relégations.
  2. Signer un nouveau « pacte scolaire » autour d’un plan d’action visant à faire atteindre à tous les élèves, sans redoublement et réorientation, les compétences définies à 14 ans. Ce plan doit être plus cohérent que le contrat pour l’école, avoir plus de souffle, être plus crédible aux yeux de chacun. Il faut veiller à un vrai accord des partenaires (PO, syndicats, parents), de manière à ce que la défense des intérêts particuliers ne vienne pas, au fil de la négociation des mesures concrètes et de leur mise en œuvre, détricoter la cohérence d’un plan visant un objectif que tous les enfants sont en droit d’exiger.
  3. Mettre en œuvre une politique visant à diminuer drastiquement la concurrence entre écoles y compris entre écoles de réseaux différents. Il est urgent de réaffirmer sans ambiguïté que celles-ci ne remplissent pas leur rôle quand elles :
    • sélectionnent leur public,
    • se déchargent sur d’autres écoles des élèves ayant plus de difficultés d’apprentissages ou qui sont porteurs de handicaps,
    • renvoient la remédiation à des organismes payants ou à la famille,
    • constituent des publics homogènes au plan des aptitudes, de la motivation ou du comportement.

Cette politique n’est possible qu’en régulant sérieusement l’affectation des élèves. En retour, les autorités politiques doivent garantir aux écoles remplissant leur rôle des moyens supplémentaires et à l’inverse pénaliser les écoles qui choisissent une politique élitiste.

En signant cette pétition, nous signifions que nous tiendrons particulièrement compte des positions des partis sur cette question au moment de faire notre choix dans l’isoloir. Une fois la majorité mise en place, nous veillerons à ce qu’elle donne priorité à ce dossier et aboutisse à des décisions porteuses d’avenir pour nos enfants.

Les associations porteuses de la pétition