Accueil > Namur > Actualités > Reconnaissance de l’alphabétisation en tant que droit pour tous

29 avril 2010

Reconnaissance de l’alphabétisation en tant que droit pour tous

Table-ronde et conférence de presse

Les membres du Dispositif partenarial pour le droit à l’alphabétisation et la prise en compte des personnes illettrées en province de Namur organisent, le jeudi 27 mai 2010, une table-ronde avec des acteurs politiques des divers partis et de différents niveaux de pouvoir, ainsi qu’une conférence de presse sur base d’une série de revendications mises en évidence préalablement au sujet des différentes problématiques en lien avec l’alphabétisation.

Cette table ronde et cette conférence de presse se tiendront dans les locaux du BEP (bureau économique de la province) avenue sergent Vrithoff 2 à 5000 Namur : salle Vivace pour la table-ronde et salle Largo pour la conférence de presse.

  • Accueil : 15h30
  • Table-ronde : de 16h00 à 17h30
  • Conférence de presse : de 17h30 à 18h
  • Drink : de 17h30 à 18h30

Sur invitation.

Objectifs de la table-ronde et de la conférence de presse

La reconnaissance de l’alphabétisation en tant que droit pour tous.

Objectif spécifique – objectif premier de la démarche

La reconnaissance de la raison d’être et de la pertinence de l’existence du dispositif partenarial pour le droit à l’alphabétisation et la prise en compte des personnes illettrées en Province de Namur, ainsi que sa légitimation. Cette reconnaissance implique l’obtention de moyens pour la poursuite des activités du dispositif partenarial pour l’alphabétisation namurois ; et en particulier, pour la mise en place du dispositif coordonné de plateformes territoriales, conformément à la décision prise par la Conférence interministérielle du 22 février 2008 ;

Objectif général

La reconnaissance de l’offre existante et des besoins en matière d’alphabétisation. Le maintien et le renforcement des moyens pour mener des actions en vue de répondre à la diversité et à l’ensemble des besoins en matière d’alphabétisation. La reconnaissance de la spécificité de la problématique du français langue étrangère et de la nécessité de moyens propres pour développer l’offre en la matière.