Jusqu’au 19 avril 2020, toutes nos activités en contact avec le public sont annulées ou suspendues.
Plus d’infos…

Accueil > Publications > Chemins croisés, Les fleurs sont devenues des ailes et Le temps pourquoi (...)

Chemins croisés, Les fleurs sont devenues des ailes et Le temps pourquoi penser à ça

Ateliers artistiques avec réalisation de courts-métrages

En tant que réalisatrice, je propose des ateliers artistiques avec, en fin de projet, la réalisation d’un court-métrage. J’invite les participants à se réunir un temps autour d’une thématique : nous dessinons, nous échangeons et, en clôture, je réalise un film avec les dessins des participants et les enregistrements vocaux.

L’atelier ne demande ni compétences ni prérequis particuliers. En effet, pour la partie illustration, les participants dessinent par-dessus leurs propres photographies et, pour la partie son, ils parlent, chantent ou content leurs vies. L’atelier est abordable pour tous et modulable selon le public. Son but est de s’exprimer, d’oser prendre la parole.

Par Charlotte Dunker, dessinatrice-réalisatrice.

Complément au Journal de l’alpha no 200.

Au travers du dessin, l’alchimie de la rencontre a lieu entre le passé et le présent, entre d’où je viens, où je suis, et où je vais. C’est un autre rapport au temps, qui amène les participants à s’ouvrir, à s’exprimer et à livrer une petite part d’eux-mêmes. Ils sont engagés à part entière dans la réalisation du film qu’ils voient se monter au fur et à mesure des séances. C’est un vrai projet collectif.

Voici comment se déroulent les ateliers :

  • Dès le départ, j’annonce aux participants que nous allons avoir des sessions de dessin/arts plastiques et des temps destinés à l’enregistrement de leur voix. Selon le public et l’infrastructure qui m’accueille, ces temps varient. Pour que les participants apprennent à me connaitre et osent prendre la parole, je ne sors le micro qu’au bout de 2 ou 3 séances de dessin.
  • Pour le son, je procède de 2 manières. J’enregistre l’ensemble des séances, me baladant de table en table avec le micro sur moi et/ou le posant sur les tables alors que les apprenants sont en pleine création. On oublie vite la présence de l’enregistreur. J’obtiens du coup des moments parfois drôles et très inattendus. Il y a aussi des temps d’arrêt où nous ne faisons qu’enregistrer. Là je propose aux participants un moment intime, on se met en cercle et je lance la discussion sur leurs productions, sur les sujets qu’on a décidé d’aborder ensemble. C’est davantage une conversation qu’un tour de table où chacun parlerait à tour de rôle. Je pose des questions aux plus taiseux pour qu’ils participent aussi. Le but c’est de les mettre le plus à l’aise possible pour qu’ils osent prendre la parole. Ces sessions sont rendues possibles grâce aux temps de création où ils apprennent à me connaitre. J’essaye d’être là pour les écouter, et qu’ils aient envie de me/nous livrer un peu d’eux-mêmes, de leur histoire.

Ces ateliers sont donc avant tout des rencontres entre des participants, un animateur et un artiste. Ils ont pour objectif de mélanger les territoires et de mettre une articulation entre les champs social et artistique. Cette collaboration aboutit à des échanges d’une grande richesse.

Les ateliers sont en quelque sorte des laboratoires d’expérimentation où le groupe est amené à travailler sur un projet commun. Il participe à une production, pour « laisser une trace ». Le court-métrage peut devenir un outil pour transmettre un message où des sujets essentiels pour les participants et la société sont abordés. Il ouvre une porte, suscite intérêt et invite à la réflexion, au questionnement et à l’échange…

Ainsi, un des ateliers que j’ai animés s’est déroulé au sein de CFEP, Centre féminin d’Éducation permanente à Saint-Josse, où étaient réunies les participantes des ateliers d’égalité et de citoyenneté. Pendant 3 semaines, à raison de 8 heures par semaine, elles ont dessiné à partir de leurs photographies de famille et ont parlé de leurs histoires personnelles, de leurs parcours et de leurs places en tant que femmes issues d’une autre culture en Belgique.

Chemins croisés
Atelier de dessin et d’expression au Centre féminin d’Éducation permanente à Saint-Josse.
Voir sur YouTube…

D’autres ateliers ont été réalisés dans une perspective transdisciplinaire axée sur la dimension holistique du cheminement thérapeutique spécifique en psychogériatrie. J’ai proposé aux bénéficiaires d’établissements de soins de remobiliser par le dessin et la parole des clichés photographiques d’un passé ainsi réveillé. Travail à la fois tout simple dans son dispositif mais étonnamment subtil dans sa conduite. Ce travail a été notamment mené avec les patients du service de psychogériatrie de la clinique Saint-Jean (Bruxelles), à raison de 13 séances de 2 heures réparties sur 2 mois.

Les fleurs sont devenues des ailes
Film atelier rotoscopie réalisé avec les patients du service psychogériatrie de la clinique Saint-Jean.
Atelier encadré par Charlotte Dunker et l’équipe médicale du service psychogériatrie.
Réalisation : Charlotte Dunker.
Voir sur YouTube.

Une démarche semblable a été mise en œuvre (selon des modalités un peu différentes) avec les résidents, en grande partie des personnes d’origine étrangère, à la Résidence Schuman (maison de repos, Bruxelles) :

Le temps, pourquoi penser à ça…
Court-métrage réalisé par Charlotte Dunker avec les résidents de la maison de repos Schuman.
Automne 2015.
Voir sur YouTube

Charlotte Dunker, dessinatrice-réalisatrice.

Si vous êtes intéressés

L’atelier s’adresse à un large public, tant des enfants que des adultes. Je le propose dans des ASBL d’Éducation permanente (en alpha et en FLE), ainsi que dans des maisons de repos, des hôpitaux, des centres psychiatriques (ou autres centres spécialisés), des centres culturels, des écoles…

L’atelier est adapté en fonction du public. Sa durée est modulable et varie selon la structure qui m’accueille : soit j’interviens sur une période courte, à raison de plusieurs fois par semaine, soit l’atelier s’étale sur une période plus longue qui peut aller de un à plusieurs mois.

Selon les choix des organisateurs, le public auquel il s’adresse, l’orientation à donner et la thématique choisie, il est possible d’envisager de monter un projet où le court-métrage est réalisé avec diverses techniques d’animation (noir et blanc, couleur, découpages, collages, silhouettes articulées…)

Il me tient à cœur que ce type de projet collectif soit « investi » par tous, les participants, les animateurs ainsi que les décisionnaires/responsables qui y consacrent temps, argent et énergie pour le défendre et le porter.

Pour toute information complémentaire

Charlotte Dunker
0498 57 70 16
charlottedunker@hotmail.fr