Jusqu’au 19 avril 2020, toutes nos activités en contact avec le public sont annulées ou suspendues.
Plus d’infos…

Accueil > Publications > La formation de base pour les détenus

La formation de base pour les détenus

Quelle pertinence et quels freins ?

La formation de base pour les détenus, quelle pertinence au regard des catégories de publics présents dans les prisons, de leurs besoins et de leurs demandes ? Nous proposons, dans cet article, de questionner la pertinence de la formation en prison, en particulier la formation de base, et de mettre en évidence, dans la foulée, les multiples freins et les difficultés qui se dressent face à ce type d’initiative en milieu carcéral.

Télécharger l’article (PDF).

La Belgique compte 35 prisons : 17 en Flandre, 16 en Wallonie et 2 à Bruxelles. Elles accueillent une population totale de 10 619 détenus pour une capacité de 9 687 places. Cette population est constituée de 34% de prévenus (c’est-à-dire en attente d’un jugement), de 58% de condamnés et de 7% d’internés psychiatriques. Il y a 10 134 hommes et 485 femmes. La part de détenus pour les prisons wallonne et bruxelloise est estimé à 5.795 détenus, d’après une étude de la CAAP datant de 2014.

D’après la CAAP toujours, 75% des détenus sont très peu instruits ou qualifiés : la plupart des détenus n’ont pas de diplôme ou disposent seulement d’une formation de base. 30% seraient analphabètes, 45% n’auraient que leur CEB et 19% leur diplôme de secondaire inférieur. Un détenu sur trois consommerait des drogues licites ou illicites. En 2014, 59 détenus sont décédés en prison. Le taux de suicide en prison est 8 fois supérieur à la moyenne nationale.