Maintenance du site de Lire et Écrire.
Ce mercredi 18 juillet, notre site web sera temporairement inaccessible à partir de 10h.
Veuillez nous excuser pour ce désagrément.

Accueil > Le Mouvement > Qui sommes-nous ? > Charte de Lire et Écrire

Charte de Lire et Écrire

Téléchargez la charte (PDF).

La charte de Lire et Écrire a été adoptée par notre assemblée générale de novembre 2009 suite à un processus d’écriture collectif. Elle actualise la Charte précédente, adoptée en 1994 en renforçant l’ancrage dans les mouvements ouvriers chrétiens et socialistes de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Cette Charte définit les principes d’éducation populaire sur lesquels Lire et Écrire fonde et développe ses actions. Elle nous permettra de diffuser nos orientations tant à l’interne du mouvement qu’auprès de nos partenaires et contribuera ainsi à renforcer la cohésion et la qualité de nos actions.

Elle servira également, nous le souhaitons, de support pour d’enrichissants débats permettant d’approfondir, de préciser et d’améliorer nos pratiques d’alphabétisation.

Et contribuer à ce que tout adulte qui le souhaite puisse trouver un cours d’alphabétisation adapté à sa demande en un lieu qui lui soit géographiquement et socio­culturellement accessible, notre objectif de 1983 – toujours d’actualité.

Jean-Marie Schreuer et Eric Buyssens, co-présidents de Lire et Écrire Communauté française.

Charte de Lire et Écrire

Suite aux actions d’alphabétisation pour les travailleurs migrants et leurs familles, développées par le mouvement associatif dans le contexte socio­économique des années 60 lorsque la Belgique fait appel massivement à une main-d’œuvre immigrée pour son développement ;

Suite aux actions de formations pour les jeunes demandeurs d’emploi peu qualifiés, développées par les mouvements ouvriers dans le contexte de crise économique et de transformation des rapports sociaux des années 70 qui entraînent un chômage important, l’augmentation du niveau de compétences exigées et posent le problème de la reconversion des chômeurs et de leur niveau de qualification ;

Suite au constat de la persistance de l’analphabétisme/illettrisme en Communauté française, comme dans l’ensemble des pays industrialisés, et aux campagnes de sensibilisation menées au début des années 1980 par ATD Quart Monde et par le Collectif Alpha ;

Les mouvements ouvriers, chrétiens et socialistes, qui estiment que chaque personne possède le droit inaliénable à l’Éducation et que dès lors l’alphabétisation est un droit fondamental pour tous, ont, en 1983 et avec d’autres associations, créé Lire et Écrire.

Lire et Écrire s’est donné pour buts :

  • D’attirer l’attention de l’opinion publique et des pouvoirs publics sur la persistance de l’analphabétisme et sur l’urgence d’en combattre les causes et d’y apporter des solutions ;
  • De promouvoir le droit effectif à une alphabétisation de qualité pour tout adulte qui le souhaite ;
  • De développer l’alphabétisation dans une perspective d’émancipation et de participation des personnes et de changement social vers plus d’égalité.

Nous vivons en effet dans une société inégalitaire. Nous constatons qu’il y a un lien entre analphabétisme et classes sociales exploitées, que la majorité des personnes analphabètes sont issues des milieux socio­économiques les plus défavorisés du monde du travail. Nous affirmons dès lors que l’analphabétisme n’est pas un problème individuel mais a pour cause et conséquence l’oppression et l’exclusion sociale, culturelle, politique et économique.

Aussi, pour Lire et Écrire, l’alphabétisation ne peut se développer

  • ni sans action collective de transformation sociale, visant à prévenir et combattre les inégalités dans le but de construire une société plus juste et équitable, plus solidaire et démocratique,
  • ni sans les personnes analphabètes, qui doivent être au cœur de cette lutte.

Pour atteindre ces buts, Lire et Écrire :

  • S’est dotée d’une structure fédérative pluraliste de plusieurs asbl, qui couvrent l’ensemble de la Communauté française. Elle comprend 6 locales bruxelloises et 8 régionales wallonnes, respectivement coordonnées au niveau de la Région de Bruxelles-Capitale et de la Région wallonne, ainsi qu’au niveau de la Communauté française.
  • Développe des actions coordonnées :
    • d’alphabétisation
    • d’analyse et d’interpellation politique
    • de prévention et de sensibilisation
    • de soutien au développement de l’offre et au développement de la qualité de l’alphabétisation
    • de soutien à la prise en compte des personnes analphabètes.
  • Inscrit ses actions dans une perspective politique qui vise conjointement :
    • la défense des droits fondamentaux
    • la transformation des rapports sociaux, permettant de sortir des rapports dominants-dominés et de toutes les formes d’oppressions et d’exclusions
    • la participation et l’émancipation de tous.

En lien avec les mouvements ouvriers fondateurs et avec les autres acteurs qui partagent ces mêmes finalités

  • Se situe dans le champ de l’alphabétisation populaire, soit une alphabétisation qui, dès le début et tout au long du processus d’alphabétisation :
    • fait de l’apprentissage de la langue, de la lecture, de l’écriture, du calcul,… un outil d’expression sociale, de prise de parole, de pouvoir sur sa vie, son milieu et son environnement ;
    • favorise une approche collective qui privilégie l’ouverture au monde, la rencontre de différentes cultures et leur confrontation constructive ;
    • se développe avec la participation des personnes impliquées dans un groupe ;
    • privilégie la solidarité et l’autonomie, le développement de la confiance en soi et de l’esprit critique, la capacité d’affronter des situations nouvelles et de réaliser des projets ;
    • n’est pas une fin en soi, mais un outil pour atteindre les buts des participants et de l’association. Il s’agit d’apprendre à parler, lire, écrire, calculer pour… soutenir la scolarité des enfants, trouver du travail ou maintenir son emploi, accéder à d’autres formations, sortir de chez soi, se débrouiller seul, comprendre le monde dans lequel on vit, y prendre une part active, critique et solidaire,… et participer à la transformation des rapports sociaux, économiques, politiques et culturels.
  • Utilise, pour atteindre ces objectifs, des pédagogies émancipatrices et interculturelles.
  • S’adresse, pour ses actions d’alphabétisation, à toute personne adulte, sans distinction d’âge, de race, de sexe, de religion, de culture et d’origine sociale, ne sachant pas ou peu lire et écrire, ou ne maîtrisant pas, et ce dans aucune langue, les compétences et savoirs de base correspondant au niveau de fin d’étude primaires.
  • Organise ses actions de manière à permettre, tant aux travailleurs et volontaires de Lire et Écrire qu’aux apprenants, d’expérimenter le « vivre ensemble dans ses diversités », soit
    • la rencontre de différentes cultures, de différentes religions, de l’autre sexe, de différentes philosophies, de différentes trajectoires de vie ;
    • le débat d’idée, dans le respect des personnes, ce qui implique que n’existe aucune oppression ni frein à l’émancipation sous couvert d’arguments philosophiques politiques ou religieux contraignants.

Travailler à Lire et Écrire…

… que ce soit en tant que volontaire ou en tant que salarié, c’est :

  • S’impliquer, dans le cadre d’un travail en équipe, basé sur la participation de tous à sa construction, à son développement et à son évaluation ;
  • Poursuivre sa propre formation et travailler en vue de sa propre émancipation. Car on ne peut soutenir l’émancipation des autres sans questionner ses choix de société en vue de sa propre émancipation ;
  • Adhérer au cadre de travail et aux principes explicités dans notre cadre de référence ;
  • S’engager à porter le projet et militer pour ses principes tant à l’interne qu’à l’externe ;
  • Alimenter notre combat et ceux des mouvements ouvriers représentatifs des travailleurs avec et sans emploi ;
  • Développer les liens entre les actions de Lire et Écrire, les orientations politiques des mouvements et les réalités vécues au quotidien par les apprenants, ce qui implique de mettre en place les conditions d’émergence, d’expression et de communication de l’expérience des apprenants en lien avec les oppressions qu’ils vivent au quotidien ;

… dans le cadre d’un travail collectif et avec l’engagement de Lire et Écrire à soutenir l’investissement de ses travailleurs et volontaires.