Accueil > Le Mouvement > Campagnes > 8 septembre – Journée internationale de l’alphabétisation 2015 > Vidéo « Plongée en Absurdie » : proposez votre idée pour changer le destin de (...)

26 août 2015

Vidéo « Plongée en Absurdie » : proposez votre idée pour changer le destin de Rosa

8 septembre 2015 - Journée internationale de l’alphabétisation

Film réalisé pour la campagne de Lire et Écrire du 8 septembre, Journée internationale de l’alphabétisation.

Plongée en Absurdie
Dans cette vidéo, Lire et Écrire dénonce les exclusions de plus en plus fortes que vivent les personnes en difficulté avec l’écrit, dans les domaines de la formation et de l’emploi.
L’histoire de Rosa est inspirée de faits réels racontés par des personnes en formation en alphabétisation.
Télécharger la vidéo…Également visible sur Youtube.

Partagez :

Plus d’infos sur notre campagne…Communiqué de presse

Mise à jour, septembre 2016 : voyez la suite de l’histoire de Rosa…

Et vous ? Quelle est votre idée pour changer le destin de Rosa (et des autres…) ?

Messages

  • Payer une partie du salaire des fonctionnaires en fonction de leur taux de réussite.
    Ce qui implique que Rosa ne rencontrerait qu’une seule personne qui l’accompagnerait dans ses démarches, du début à la fin, et aurait comme objectif que Rosa trouve un emploi stable.
    De même le contrôleur qui constaterait un souci au bout d’un an aurait comme mission de le résoudre et non de le renvoyer à d’autres.
    _Un vrai diagnostique de la situation réelle de chaque personne serait nécessaire pour que la personne en charge de Rosa puisse l’aider, cela permettra de déceler les soucis de formation mais aussi les soucis d’éducation (gestion de l’argent entre autres) et parfois aussi certains soucis de santé comme des personnes qui sont en dépression de longue durée mais pas diagnostiqués comme tels et qui se retrouve radiés au lieu de recevoir un suivi psychologique.
    En résumé, une personne responsable d’un dossier et payé à la réussite, un peu comme certains avocats, comme les indépendants et bien d’autres métiers où le résultat est la preuve du travail bien fait.
    Gardez courage Rosa et tous les autres :-)

  • Comment ce fait-il que des personnes ne sachant pas bien lire et écrire ne soient pas orientées vers l’alphabétisation directement sans attendre qu’elles soient au chômage depuis 2 ans ? Au lieu d’organiser un contrôle de ce que font les chômeurs comme recherche d’emploi, on devrait les aider dès le départ sous forme de conseil, d’accompagnement bienveillant. Les gens ont parfois besoin d’être pris par la main avant de s’en sortir seul.

  • Je pense déceler régulièrement, et notamment lors de l’exercice de ma profession salariée, des difficultés à la lecture et à l’écriture de personnes effectuant des démarches administratives ou liées à la vie de tous les jours. Malheureusement, ce ’diagnostic’ n’est pas partagé autour de moi… ’mais, allez, tu plaisantes, qui n’est pas en mesure, actuellement, de lire et écrire, calculer ??’ est la réponse que j’obtiens trop souvent. Erreur ! Non seulement l’analphabétisme est un réel fléau, mais l’illettrisme l’est également, défavorisant l’accès à une parfaite compréhension de textes a priori accessibles pour tout un chacun. Et donc, par là-même, la compréhension de contrats divers, de règlements, etc.

    En réalité, ce n’est pas tant l’absence de diagnostic du travailleur social que le manque de moyens (financiers, locaux, ETP,…) pour alphabétiser qui devrait être souligné… En effet, la personne analphabète peut être amenée à déployer différentes astuces visant à ne pas dévoiler son ’infirmité’. Quant au professionnel de l’accompagnement, même s’il l’avait remarqué, ne pourra jamais, avec la meilleure volonté du monde, garantir une place en formation pour l’usager, et encore moins dans les ’meilleurs délais’.

    Ce manque de moyens, couplé à un diagnostic tardif, pénalisera toujours ces personnes. Que faire ? Dans l’intervalle d’une solution à un niveau pécuniaire, ne devrions-nous pas, collectivement, nous sensibiliser à cette problématique ?
    Beaucoup, beaucoup de soutien à toutes les Rosa de ce monde…

  • Lorsque le social a quitté l’aide pour l’activation, l’écoute et l’accueil n’ont plus concerné l’individu. Il me semble indispensable de revenir à l’écoute de chacun et de tendre vers des solutions sur mesures, individuelles plutôt que vers le rendement et la systématisation. La société et les politiques qui la gèrent n’ont-ils pas comme devoir de veiller au bien commun ?
    Broc

  • Je travaille dans le secteur de l’ éducation permanente.
    A mon sens il serait grand temps en effet que les services entre eux se coordonnent pour donner du sens à ce qu’ils font ( travail sur les objectifs finaux mais en incluant l’ apprenant et non l’inverse)
    Mettre en place au niveau de l’offre des formations en alphabétisation et autres un outil consultable par tous les partenaires qui donnera une visibilité immediate et concrète ( dates d’inscription et capacité du groupe).
    Arrêter de considérer la personne comme un dossier à traiter, mais juste être plus humain et empathique, l’écouter et comprendre son urgence. Lui donner une réponse adaptée et realiste.
    Créer un réseau aussi pour les places dans les crèches. En ouvrir de nouvelles.
    Arrêter l’idée de la sanction qui est humiliante et dégradante.
    Et il faut arrêter l’idée de formation à tout prix pour devoir garder ses droits.
    Bref il y a du pain sur la planche. …mais je reste optimiste.

  • Production de l’atelier d’écriture organisé le 8 septembre par Lire et Écrire Bruxelles à l’Espace Senghor / Groupe 1

    Ne nous traitez plus de pantins
    Mais d’êtres humains !
    Créons un État Solidaire Actif !

  • Production de l’atelier d’écriture organisé le 8 septembre par Lire et Écrire Bruxelles à l’Espace Senghor Groupe 2

    • Avancer ensemble dans la réussite d’un projet gratifiant !
    • Des moyens pour lire l’avenir !
    • L’aide et les moyens sont l’énergie nécessaire à l’avancée de notre combat !
    • Ensemble, des moyens et de l’énergie contre l’absurdité des parcours du combattant !
  • Production de l’atelier d’écriture organisé le 8 septembre par Lire et Écrire Bruxelles à l’Espace Senghor Groupe 3

    Faire émerger des solidarités autour de Rosa pour valoriser ses ressources, ses potentiels, ses compétences et ses savoirs faire pour qu’elle puisse redevenir actrice de son projet de vie, favoriser son autonomie, l’encourager et lui rendre sa liberté de penser et d’agir.

  • Production de l’atelier d’écriture organisé le 8 septembre par Lire et Écrire Bruxelles à l’Espace Senghor Groupe 4

    « N’ayez pas peur des difficultés. Allez jusqu’au bout ! »

    Cocktail énergisant à l’usage de Rosa et des habitants de l’Absurdie :

    • Valoriser ses compétences et ses expériences.
    • Cultiver sa liberté de recherche de formation et d’un emploi qui lui plaise.
    • Être à l’écoute de son projet de vie.
    • Créer un environnement dynamique et bienveillant.
    • Encourager plutôt que sanctionner.
    • Accompagner plutôt que conseiller et contrôler.
    • Favoriser l’estime de soi.
    • Apporter un soutien financier à l’entrée et à la poursuite de la formation.
  • Production de l’atelier d’écriture organisé le 8 septembre par Lire et Écrire Bruxelles à l’Espace Senghor Groupe 5

    Avec nos moyens financiers, nous proposons que tout le monde ait accès aux formations en alphabétisation et à l’éducation.
    Ensemble nous réussiront, ensemble, nous construirons un projet valorisant.
    Encourageons l’effort !

  • Production de l’atelier d’écriture organisé le 28 septembre par Lire et Écrire Bruxelles dans le cadre du Pass Décourvertes d’Article 27

    Et si on écoutait « le monde de Rosa » avant de la conseiller ?

  • Production de l’atelier d’écriture organisé le 28 septembre par Lire et Écrire Bruxelles dans le cadre du Pass Décourvertes d’Article 27

    Rosa perd son emploi. Son ex-employeur lui conseille de suivre des cours d’alphabétisation. Elle est reçue par un agent compétent et formé qui confirme qu’elle devrait se former. Il lui trouve une place près de chez elle et une crèche à côté. Le cours la dispense de tout devoir auprès de l’ONEM car quel que soit le nombre d’heures par semaine, le cours est adapté à sa situation. Rosa reprend confiance en elle, suit une formation qualifiante et se lance comme indépendante dans le domaine de l’horticulture.

  • Production de l’atelier d’écriture organisé le 28 septembre par Lire et Écrire Bruxelles dans le cadre du Pass Décourvertes d’Article 27

    Si on écoutait la demande réelle de Rosa, elle trouverait un réconfort ce qui lui permettrait d’avancer dans un parcours accessible et qui a du sens

  • Production de l’atelier d’écriture organisé le 28 septembre par Lire et Écrire Bruxelles dans le cadre du Pass Décourvertes d’Article 27

    Rosa rencontre une « vraie » conseillère qui l’oriente correctement après l’avoir écoutée vraiment. Un parcours est décidé avec elle et ce chemin prendra le temps qu’il faudra avec une souplesse administrative adaptée à son histoire.

  • Production de l’atelier d’écriture organisé le 28 septembre par Lire et Écrire Bruxelles dans le cadre du Pass Décourvertes d’Article 27

    Avec confiance et tolérance, ma formation me donne sens, plaisir et autonomie !

  • Production des groupes 3 et 4 de la Chôm’hier à Laeken

    Rosa trouve une crèche pour son enfant, trouve une formation pour apprendre le français pour pouvoir faire une formation qualifiante pour travailler plus tard. Enfin, elle va être heureuse !

  • Production des groupes 3 et 4 de la Chôm’hier à Laeken

    Elle a appris à lire et à écrire. Elle était motivée, courageuse, elle a fini sa formation, trouvé enfin du travail. Elle écrit elle-même sa lettre de motivation, son CV. Elle a réussit. C’est important d’apprendre.

  • Production des groupes 3 et 4 de la Chôm’hier à Laeken

    Rosa cherche du travail. Elle a trouvé une formation pour lire et écrire. Elle a fini sa formation. Elle a trouvé un bon travail. Elle a trouvé une place à la crèche. Contente, elle est très contente.

  • Production des groupes 3 et 4 de la Chôm’hier à Laeken

    Elle s’appelle Rosa. Elle a 32 ans. Elle a un enfant. Elle a trouvé la crèche et elle a fait une formation qualifiante, maintenant elle travaille. Elle est contente. Elle aime bien sa vie.

  • Production des groupes 3 et 4 de la Chôm’hier à Laeken

    Elle a fait des cours d’alphabétisation et elle a trouvé la crèche pour son enfant. Maintenant elle sait lire et écrire. Elle a son attestation. Elle a son deuxième enfant. Grâce à sa formation, elle a trouvé un travail comme puéricultrice. Enfin elle a trouvé une vie normale. Maintenant elle a une maison au bord de la mer.

  • Production des groupes 3 et 4 de la Chôm’hier à Laeken

    Rosa a trouvé une crèche pour son enfant. Rosa a suivi une formation pour apprendre à lire et à écrire. Rosa a fait une formation qualifiante. Rosa a trouvé un travail et avance dans la vie. Rosa est très courageuse !

  • Production des groupes A2 et B1 du CPAS de Molenbeek-Saint-Jean

    Elle s’appelle Rosa. Elle vit en Belgique. Elle a deux enfants. Elle comprend le français. Elle cherche du travail. Elle écrit un CV et une lettre de motivation. Elle trouve un petit travail dans le CPAS et elle continue sa formation. Après 6 mois, Rosa reçoit le diplôme de son métier et change toute sa vie. Elle est devenue fleuriste et elle trouve un bon travail dans son métier. Maintenant, elle veut acheter une maison.

  • Production des groupes A2 et B1 du CPAS de Molenbeek-Saint-Jean

    On espère que Rosa va trouver du travail et une crèche pour son fils pour acheter un appartement. Elle travaille 8 heures par jour dans un hôpital comme infirmière. Elle gagne 1.500 euros par mois. Elle fait du sport et achète une voiture.

  • Production des groupes A2 et B1 du CPAS de Molenbeek-Saint-Jean

    Après sa formation, elle a trouvé un bon travail. Elle a travaillé pendant 3 ans et a trouvé aussi une crèche pour son fils. Elle est très contente de sa vie.
    PS : après 10 ans, elle est devenue son propre patron.

  • Production des groupes A2 et B1 du CPAS de Molenbeek-Saint-Jean

    Rosa est une femme de 30 ans. Elle a un enfant. Elle a des difficultés pour lire et écrire le français. Elle est partie à la recherche d’un travail. Elle a donné son CV et sa lettre de motivation. Dans une semaine, elle commence son travail. Elle laisse son enfant dans une crèche…

  • Atelier d’écriture au CFS – décembre 2015

    Utopie d’Alice A, Rita, Jonathan et Michèle

    Dès son arrivée, Rosa est accueillie chaleureusement par une équipe de coordinateurs enthousiastes et disponibles.
    Il en existe une par quartier, polyglotte et formée à l’écoute active. Son rôle consiste d’abord à cerner efficacement et rapidement les compétences de Rosa et les possibilités pour elle de les exercer dans un cadre professionnel et rémunérateur.
    Ensuite, l’équipe accompagnera Rosa dans des rencontres diverses : sportives, ludiques, culinaires… qui lui permettront de pratiquer la langue avec plaisir tout en se créant un tissus social pluriculturel. L’isolement ainsi brisé, Rosa trouvera là soutien, solidarité et bienveillance. Elle apprendra à nager, à remonter le courant ou à se laisser porter par l’eau… Elle retrouvera la légèreté et le bonheur d’être.
    Enfin, Rosa aura droit à l’erreur et à une multiplication des tentatives, le coordinateur enthousiaste veillant à combler ses lacunes éventuelles par des formations créatives qui lui ouvriront les chemins de la réussite : des objectifs, des moyens, une motivation, plaisir et confiance en soi.
    Et le jour où Rosa trouve un travail, toute l’équipe fait la fête !
    Merci aux pouvoirs politiques d’avoir créé ces équipes de coordinateurs enthousiastes et compétents, multipliant ainsi les emplois accessibles à toutes les Rosa…

    Utopie de Charline et Alice M

    Autour d’un café, Rosa et son accompagnateur prennent le temps de discuter de sa situation. Ensemble, dans un climat de confiance et de non jugement, ils vont définir les envies de Rosa pour l’avenir. Il est à l’écoute de ses difficultés et lui propose des alternatives positives et créatives qui s’appuient sur un réseau de partenaire bienveillant.
    Accueillie et reconnue, Rosa ressort pleine d’énergie pour aller de l’avant. Son projet prend doucement forme dans sa tête. La semaine prochaine elle commencera sa formation d’alpha pendant que son enfant s’amusera à la crèche.

    Quelques slogans :

    Quand la crèche n’accueille pas l’enfant
    Quand le plan d’action tourne au cercle vicieux
    Quand les bras s’allongent sous la lourdeur du contrôleur
    Quand avoir le bras long entrave action et formation… Bienvenue en Absurdie

    Main tendue bien entendu !
    Sourire à l’Autre et porte ouverte
    Main tendue ? Pari tenu
    Moi je choisis la « sourire attitude » !

  • Rosa doit s’inscrire pour trouver un emploi. On lui demande de remplir elle même un document demandant son identité et ses capacités professionnelles, ainsi que ses diplômes.
    Le conseiller à l’emploi s’aperçoit que Rosa est incapable de lire et donc de comprendre ce document. Il l’oriente directement vers le service qui permet d’accéder à un enseignement d’alphabétisation. Rosa à une place le trimestre suivant et aussi une place à la crèche créée pour les mamans comme Rosa. Lors de sa formation, Rosa se découvre une envie de mieux connaître le monde des plantes et grâce à une sortie pédagogique dans les serres de Laeken, elle décide de devenir fleuriste. Elle combine les deux formations alphabétisation et fleuriste en étudiant tous les jours et deux années plus tard Rosa est employée dans une bonne fleuristerie.
    Rosa n’a pas oublié de remercier ce conseiller à l’emploi qui l’a… … … Conseiller.
    Un /une conseiller /ère à l’emploi doit connaître son travail, sinon il porte mal le nom de sa fonction. Il en existe, si si.

Votre message

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.